Biographie

Rachel Schwartz, sa mère, est née à Châteauroux en 31, elle y rencontre Pierre Angot en 58, venu travailler comme traducteur à la base américaine de la Martinerie. Il la prévient qu’il ne l’épousera pas mais ils décident d’avoir un enfant, il rentre à Paris à la fin de son contrat et avant la naissance de Christine, qui est déclarée en 59 à la mairie de Châteauroux, sous le nom de Christine Schwartz. En 72, la loi sur la filation permet aux enfants naturels d’être reconnus a posteriori par leur père, sous réserve de l’accord de la famille légitime. Rachel Schwartz informe Pierre Angot de l’existence de cette loi, il accepte de reconnaître Christine et sa femme donne son accord. Pour l’état civil elle devient alors Christine Angot. La mère et la fille déménagent à Reims. Elle va à l’école Notre-Dame, elle passe son bac, elle fait des études en droit à l’Université, elle obtient un DEA de Droit International Public, puis une bourse pour étudier au Collège d’Europe à Bruges. Entretemps elle a commencé à écrire. Elle quitte Bruges au milieu de l’année. Pendant six ans, les manuscrits qu’elle envoie aux éditeurs lui sont retournés.Vu du ciel est finalement publié en 90 dans la collection L’Arpenteur chez Gallimard. Deux autres livres suivent, passent inaperçus. Son quatrième roman, Interview, est refusé. Le rapport de lecture dit avoir été choqué par Léonore, toujours, et affirme qu’elle est dangereuse pour son entourage. Elle avait quitté Bruges pour Nice, sa fille y est née, puis Nice pour Montpellier, de nouveau elle cherche un éditeur, affronte de nouveau les refus, jusqu’à ce que Jean-Marc Roberts publie Interview chez Fayard en 1995. Le succès arrive en 99 avec L’Inceste. En 2000 elle s’installe à Paris. Elle écrit Pourquoi le Brésil ? puis Les Désaxés chez Stock, toujours avec Jean-Marc Roberts, qu’elle quitte en 2006 pour rejoindre Teresa Cremisi chez Flammarion où elle publie Rendez-vous. En 2007 Andrew Wylie lui propose de devenir son agent, elle signe alors au Seuil en 2008 pour Le Marché des amants, avant de retrouver Teresa Cremisi chez Flammarion pour Les Petits en 2011, puis Une Semaine de vacances en 2012.